Comment assurer un prêt immobilier ?

nformations sur l'assurance de prêt immobilier

Acheter une maison à crédit engage l’heureux propriétaire auprès de la banque pour plusieurs décennies. Différents aléas peuvent survenir pendant la longue période de remboursement. C’est la raison pour laquelle il serait préférable d’adhérer à une bonne assurance emprunteur. Cette précaution protège le souscripteur et ses proches, mais également l’établissement prêteur.

Qu’est-ce qu’une assurance de prêt immobilier ?

Une assurance emprunteur est une couverture spécifique aux crédits bancaires. Cette police protège le souscripteur en cas de difficulté à payer les mensualités. Cette précaution est fortement recommandée pour ceux qui ont acheté une maison par le biais d’un prêt immobilier. Si le décès du contractant survient avant la fin du délai convenu, sa compagnie prend en charge le versement de la somme restante due. Elle peut également s’occuper du remboursement si l’assureur perd son autonomie après un accident ou une maladie. Le système s’active même si l’invalidité est temporaire. Il entre en vigueur en cas de licenciement. La loi n’oblige pas les emprunteurs à souscrire à une assurance. Cependant, cette disposition reste fortement recommandée, surtout si le montant en jeu est important. À défaut d’être payée, la banque peut saisir la garantie. Elle a le droit de mettre la main sur l’hypothèque ou la caution.  

une assurance de prêt immobilier

Comment couvrir un prêt pour l’achat d’une maison ? 

Bien assurer pret immobilier revient à mettre l’hypothèque hors de portée de la banque en cas de sinistre empêchant le paiement des mensualités. L’emprunteur a deux options. Il peut souscrire à l’assurance par défaut proposée par le créancier. Précédé par les conditions générales de vente, un contrat scelle l’accord entre les trois parties. Ce document peut être conclu en groupe, c’est-à-dire entre la banque et une compagnie d’assurance. L’entente pourrait aussi être négociée de manière individuelle. Dans cette catégorie, il est possible de marchander certains points. Il faudra notamment chercher à faire baisser le montant de la cotisation mensuelle. L’emprunteur a la liberté de trouver une proposition de couverture qui lui correspond. Quelle que soit sa décision, il lui faudra se pencher sur les garanties réelles. Certaines clauses suspensives privent l’adhérent d’une prise en charge. Il est important de toujours décortiquer chaque article de l’accord. De toutes les manières, le client a le droit de résilier un contrat en cours pour ensuite changer de compagnie.

Existe-t-il d’autres détails à savoir ?

La banque garde parfois une certaine opacité sur l’assurance emprunteur. Elle ne renseigne pas le public la possibilité de souscrire à la couverture de son choix. Pour trouver le contrat qui lui correspond, le client peut consulter les comparateurs sur Internet, un courtier ou les sites des prestataires dans le domaine. Par ailleurs, cette précaution reste bien facultative et souple. Une fois informée sur l’assurance que l’emprunteur a choisi, la banque dispose de 10 jours ouvrés pour examiner la requête. Cette souscription à une compagnie tierce n’occasionne pas un frais supplémentaire. Autre détail important : le coût d’un contrat individuel est estimé en fonction du profil du client. La profession, l’âge, mais également l’état de santé et l’hygiène de vie entrent en considération. Un fumeur dans la cinquantaine paye une cotisation supérieure comparée à un emprunteur sportif et végétarien dans la trentaine. Ceux qui ont souscrit à un prêt en couple pourront négocier leurs quotités.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager